1 mai 2021

Comment prévenir et faire face à la maladie de Lyme

(2021-05-01) Le mois de mai est le mois de la prévention et de la sensibilisation de la maladie de Lyme. La FQCC en profite donc pour sensibiliser ses membres au sujet de cette maladie et vous partager certains trucs et astuces afin de la prévenir.

La maladie de Lyme a été décrite pour la première fois en 1977 dans la ville de Lyme, aux États-Unis. La bactérie Borrelia Burgdorferi, principale responsable de la maladie de Lyme, est transmise à l’humain par une morsure de la tique à pattes noires. Avec le réchauffement climatique, la tique étend son territoire vers le nord et on la retrouve désormais dans pratiquement toutes les régions du Québec.

Comment prévenir la maladie de Lyme lors des activités extérieures:

  • Porter des vêtements longs et de couleur pâle pour repérer et retirer les tiques plus facilement;
  • Utiliser un insectifuge contenant du DEET ou de l’icaridine;
  • Marcher dans des pistes ou sentiers dégagés;
  • Prendre une douche dans les deux heures suivant l’activité extérieure;
  • Faire un examen de vérification de la présence de tiques sur tout votre corps
ery
Un exemple d'érythème migrant

Les signes et symptômes de la maladie de Lyme se distinguent en trois stades. 

  1. Stade localisé précoce: les patient-e-s présentent un érythème migrant, qui peut être confondu avec la piqûre d’un autre insecte. L’érythème migrant est absent dans 20% des cas ou peut ne pas être remarqué. À ce stade, la maladie de Lyme peut encore se soigner si un traitement antibiotique approprié est administré rapidement. Lorsque l’érythème migrant est identifié, l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) recommande la prise d’un antibiotique pour une durée de 14 à 21 jours. 
  2. Stade disséminé précoce: Ce stade correspond à la dissémination par le sang des bactéries et survient lorsque le ou la patient-e n’a pas été traité-e au stade localisé. Les symptômes apparaissent généralement quelques semaines ou mois après l’infection. Les patient-e-s peuvent souffrir de troubles cardiaques, troubles neurologiques, symptômes rhumatologiques, troubles oculaires, fatigue, maux de tête («bain fogs»), malaise général, etc.
  3. Stade disséminé tardif: Sans prise en charge adéquate, les patient-e-s développent des symptômes persistants, voire invalidants. Plusieurs systèmes sont atteints et le ou la patient-e connaît une détérioration sévère de son état de santé 

Trop de patients atteignent le stade 3 en raison des mauvais diagnostics. La complexité de la bactérie ainsi que le nombre de faux-négatifs trop élevé rendent les tests sérologiques actuels peu fiables. De plus, appelée la «grande imitatrice», cette maladie est souvent confondue avec d’autres pathologies telles que la sclérose en plaques, le parkinson, la fatigue chronique, la fibromyalgie ou encore une maladie psychosomatique. Les symptômes se présentent différemment d’un patient à l’autre, ce qui complexifie leur compréhension auprès des professionnels de la santé.

Source : Association québécoise de la maladie de Lyme