Menu
Menu

MÉDIA

HEADER-MEDIA

Le camping en chiffres

Le camping et le caravaning ont connu un tel essor au cours des deux dernières décennies qu’ils occupent maintenant une large part du marché touristique au Québec. La Fédération québécoise de camping et de caravaning étant le plus important regroupement de campeurs et de caravaniers au Canada — et le seul officiellement reconnu par le gouvernement du Québec —, elle dispose de précieuses statistiques sur la pratique du camping et du caravaning et constitue un interlocuteur de choix pour l’industrie.

La Fédération québécoise de camping et de caravaning :
dans l’intérêt des campeurs depuis 1967

Organisme sans but lucratif, la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC) regroupe plus de 35 000 familles adeptes de camping et de caravaning.

Les campeurs et les caravaniers choisissent d'adhérer à la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC) pour différentes raisons. Que ce soit pour obtenir de l'information, pour économiser, pour mieux planifier leurs vacances au Québec ou ailleurs ou pour voyager en sécurité, près de 80 000 personnes peuvent actuellement compter sur la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC) pour obtenir des réponses appropriées et des solutions adaptées à leurs besoins.

Depuis 1967, la fédération a consolidé son rôle de porte-parole des adeptes de camping et au fil du temps, est devenue la ressource officielle des caravaniers et des professionnels du caravaning comme le prouvent les tableaux statistiques suivants : 

Un loisir toujours populaire
Évolution du nombre de membres de la FQCC, de 2012 à 2016.

 

 

 

 

 

 

 


 

Statistiques de la pratique du camping au Québec *

Un sondage Web réalisé auprès des Québécois en octobre 2012 a révélé que le quart de ceux-ci ont fait du camping au cours des 12 mois précédents. Il s’agit donc d’une activité populaire et répandue, qui prend une multitude de formes.

La répartition des campeurs voyageurs selon les types de pratiques et l’équipement de camping utilisé (2012)
80% des campeurs sont des voyageurs. L’équipement utilisé par les campeurs voyageurs se divise comme suit :

Le 20% des campeurs restant est composé des saisonniers, soit ceux qui installent leur équipement au même endroit pour la saison en entier ou presque.

Le portrait type de l'adepte du camping au Québec
En 2012, les campeurs étaient surtout âgés entre 25 et 54 ans, possédaient un diplôme collégial ou universitaire (66 %) et avaient un revenu familial de 60 000 $ et plus (42 %). Ils proviennent surtout des régions suivantes :

Les campeurs font du camping pour diverses raisons : le repos, l’attrait de la nature, ou l’aspect social, entre autres. Ils ont réalisé, en moyenne, 6 séjours de camping, avant tout dans les régions suivantes :

Sept adeptes sur dix ont fait du camping en couple et, dans une moins grande proportion, avec leurs enfants (38 %). Le quart en ont fait avec des amis. En moyenne, les campeurs formaient des groupes de 3,9 personnes lors de leur dernier séjour en 2012.

Les activités pratiquées
Les trois activités les plus pratiquées lors de séjours en camping ont été :

Les critères de choix du terrain de camping

Selon qu’ils soient des voyageurs ou saisonniers, les campeurs choisissent leurs terrains de camping en fonction de critères qui varient légèrement. Pour les campeurs voyageurs, les trois critères les plus importants sont, dans l’ordre :

Pour les saisonniers, ces critères sont :

La planification des séjours
Un sondage réalisé en octobre 2012 montre que les deux tiers des campeurs voyageurs ont utilisé Internet pour planifier leur dernier séjour. Ils ont avant tout eu recours à des sites de répertoires de campings, aux moteurs de recherche généraux et aux sites Web de destinations. Pour choisir le terrain de camping, ils ont surtout eu recours aux sites Web de :

  • Camping Québec;
  • la Sépaq;
  • BonjourQuebec.com;
  • la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC).

Les campeurs saisonniers ont quant à eux utilisé Internet dans une proportion de 38 % pour planifier leur dernier séjour. Ils ont surtout utilisé les moteurs de recherche généraux et les sites de répertoires de campings. Ils ont toutefois eu davantage recours à Internet pour choisir un terrain de camping, notamment en utilisant les sites Web :

  • de Camping Québec;
  • du Conseil de développement du camping au Québec (CDCQ).

L’utilisation des appareils de communication mobiles et des médias sociaux
La moitié des campeurs possèdent un téléphone intelligent ou une tablette électronique. En camping, ces outils sont utilisés avant tout pour :

Les pratiques écoresponsables
Plus des deux tiers des campeurs disent recycler sur les terrains de camping où il est possible de le faire. La majorité des campeurs disent également poser les gestes suivants :

  • utiliser des sacs d’épicerie recyclables;
  • éviter le gaspillage d’eau et d’énergie;
  • utiliser des bouteilles d’eau réutilisables plutôt que jetables (parmi les campeurs en tente).

Les campeurs suggèrent en outre que les premières mesures à mettre en œuvre sur les campings afin de favoriser des comportements écoresponsables sont :

  • l’installation de bacs de recyclage;
  • le recours à des produits locaux lorsque c’est possible
  • la sensibilisation des employés et des clients aux comportements écoresponsables.

Soulignons également que 80 % des campeurs se disent en faveur de la mise sur pied d’une certification environnementale pour les campings. Près de la moitié des campeurs se disent d’ailleurs prêts à payer plus cher pour séjourner dans un camping qui se plierait à de telles exigences.

Conséquences de la hausse du prix de l’essence
Malgré la hausse du prix de l’essence, les propriétaires de VR voyagent toujours. Pour réduire leurs dépenses, ils choisissent de réduire le nombre de séjours ainsi que le nombre de déplacements au cours de ces séjours. Ils choisissent en outre de campings plus près de leur domicile.

Les dépenses pour les séjours et l’équipement

  • Les dépenses pour 3,9 personnes pour un séjour de 4,3 nuitées en VR sont de 495 $. C’est donc une dépense moyenne de 115 $ par nuitée.
  • Les propriétaires de VR dépensent en moyenne 1 235 $ par année en matériel de camping, en entretien et en autres frais.

Les répercussions économiques
Pour l’année 2012, les dépenses totales pour les séjours des campeurs québécois sont estimées à 530 645 261 $. Ces dépenses entrainent les répercussions suivantes :

  • la création d’une main d’œuvre composée de 5 691 personnes;
  • des revenus pour le gouvernement du Québec de 52,5 millions de dollars;
  • des revenus pour le gouvernement du Canada de 25,5 millions de dollars;
  • des autres revenus (taxes indirectes nettes de subventions) de 55,7 millions de dollars.

Pour l’année 2012, les dépenses totales en matériel de camping, en entretien, en location et en amélioration du VR, ainsi que les autres frais, sont évaluées à 530 millions de dollars. À ce chiffre, il faut ajouter la valeur des VR vendus au Québec qui est estimée à 312 millions de dollars. Ces dépenses entrainent les répercussions suivantes :

  • la création d’une main d’œuvre composée de 6 178 personnes;
  • des revenus pour le gouvernement du Québec de 97,6 millions de dollars;
  • des revenus pour le gouvernement du Canada de 40,7 millions de dollars;
  • des autres revenus (taxes indirectes nettes de subventions) de 113,1 millions de dollars.

Quelques tendances de l’offre en camping
Plusieurs phénomènes ont pris de l’importance dans les dernières années. Parmi ceux-ci, notons :

  • le prêt-à-camper et le glamping, c'est-à-dire l’alliance entre le confort et le plein air;
  • les applications et les sites Web qui permettent de choisir et de réserver un camping;
  • le camping écoresponsable, c’est-à-dire les terrains de camping qui ont pris un virage environnemental;
  • la prolifération de complexes pour VR luxueux (resorts);
  • le camping à proximité des grands centres urbains.

* Ces données sont tirées de l’étude La pratique du camping au Québec en 2012 réalisée par la Chaire de Tourisme Transat de l'ESG UQÀM pour le compte de Camping Québec, la Fédération québécoise de camping caravaning (FQCC) et le Conseil de développement du camping au Québec (CDCQ).


Statistiques sur la fréquentation des terrains de camping au Québec **
  • Il y a 822 terrains de camping classifiés au Québec. En 2005, le nombre d’emplacements de camping se chiffrait à 103 686 tandis que le taux d’occupation était de 64 %. Même si le nombre d’emplacements augmente depuis 10 ans, le taux d’occupation augmente lui aussi ! En somme, cela signifie que plus de personnes font du camping au Québec et que la capacité d’accueil s’est développée en conséquence.
  • À titre de comparaison, en 1995 le taux d’occupation des emplacements de camping était de 62,8 % avec 81 526 emplacements disponibles. En 2000, le taux se situait à 61,27 % avec 93 734 emplacements disponibles.
  • L’offre d’emplacements de camping a connu une hausse de 16 % par rapport à 1997.

** Ces données proviennent des statistiques annuelles du ministère du Tourisme du Québec sur la fréquentation des terrains de camping au Québec.


Impact économique de l'industrie
canadienne du camping 

Environ 5,7 millions de Canadiens profitent des joies du camping à l’un des 4 231 terrains de camping du pays. En 2014, le Conseil Canadien du Camping et du VR (CCCVR) a commandé une étude d’impact économique visant à déterminer l’impact de l’industrie du camping et du VR sur l’économie canadienne.

Le camping stimule l’activité économique et crée des emplois pour les Canadiens, autant dans les zones urbaines que dans les communautés rurales, d’un océan à l’autre. L’industrie du camping rapporte annuellement un total de 4,7 milliards de dollars à l’économie canadienne et constitue une source importante de revenus de taxation (plus de 1 milliard de dollars en 2014).

Consultez le sommaire de cette étude