Retour aux actualités

Les actualités


Rappels sécuritaires pour une migration vers le Sud tout confort

Trucs1

Nous estimons que ce sont environ 20 % de nos 40 000 familles membres, soit plus de 10 000 équipages, qui feront une migration vers le Sud afin de fuir les rigueurs de l’hiver. Certains sont partis dès que la dernière feuille d’automne a touché le sol, afin d’éviter l’hivernisation du VR. Mais de nombreux autres partiront à la mi-janvier, préférant passer les fêtes de fin d’année avec la famille. Sur le qui-vive, ils surveilleront la météo pour pouvoir se mettre derrière le volant avant d’importantes bordées de neige.

Voici une liste de choses à faire ou à réfléchir avant de partir afin que votre long séjour au soleil soit le plus agréable possible.

La route et le VR

 

  • Même si vous partez après le 15 décembre, votre VR (ou véhicule tracteur et tracté) n’est pas obligé d’être muni de pneus d’hiver. En effet, il existe une exemption de 7 jours justement prévue pour ces cas. Si vous désirez vous prévaloir de ce privilège, vous devez faire une demande auprès de la SAAQ.
  • Avant d’entreprendre une longue route il est impératif  d’avoir vérifié la mécanique du  véhicule : moteur, essieux, freins. Tout doit être inspecté. Les pneus aussi  doivent être inspectés, car s’ils ont plus de 6 ans – et ce peu importe la distance parcourue – ils sont susceptibles d’être sujets à crevaison.
  • Un conseil : demandez à votre concessionnaire, s’il ne serait pas important d’apporter avec vous certaines pièces qui risquent de briser sur la route.Trucs3
  • Planifiez l’itinéraire de façon à ne pas surcharger les journées. Faites des choix de visites. Certaines destinations comme le Sud-Ouest des États-Unis possèdent tellement de choses à voir qu’il vaut mieux faire un choix et remettre les oubliés à un prochain voyage.
  • Si vous n’arrivez pas à établir votre itinéraire, procurez-vous un des titres de la collection Guides SoloVR. Il s’agit d’ouvrages documentés à partir de l’expertise de grands voyageurs en VR associés à la FQCC. Le Guide SoloVR Sud-Ouest américain vient tout juste de paraître et sa nouvelle édition mène le caravanier de Montréal à Las Vegas, en passant par la Louisiane, le Texas, L’Arizona et le Nouveau-Mexique. Trente étapes, des recommandations de terrains de campings et de visites à faire : c’est le prêt-à-partir qu’il vous faut. Procurez-vous le Guide SoloVR Sud-Ouest américain à la Boutique FQCC.
  • Évitez les trop longues journées de voyage. Il est possible de faire 1 200 km en voiture, mais en VR, il faut idéalement se limiter à 600. Prévoyez aussi des arrêts à peu près à toutes les 3 heures. Cela vous évitera d’être hypnotisé par la route et de risquer des accidents.
  •  Analysez à l’avance la route et le trajet à venir lors de chaque déplacement.  Vérifiez la réservation du prochain camping, planifiez vos pauses et le type de route qui mène à la prochaine destination. Un GPS peut être utile. Aussi,  aux États-Unis, procurez-vous la publication Next Exit qui informe sur les services disponibles à chaque sortie d’autoroute américaines.
  • Apportez des vêtements d’hiver. Les déserts du Sud sont froids la nuit et le climat de la Floride peut être incertain en janvier.
  • Il est suggéré de vous procurez un permis de conduire international, car il semble que certains États américains (la Georgie, par exemple) peuvent exiger d’en posséder un.
  • Vérifiez avant de partir si les aliments que vous apporterez pourront passer la douane américaine.  Chaque année, certaines variétés peuvent être interdites si elles sont susceptibles d’être atteinte d’une maladie. De plus, même si un aliment est indiqué comme pouvant passer la frontière canado-américaine, il se peut que ce soit pour  une certaine quantité seulement.  Pour connaître les aliments, animaux et plantes qui ne peuvent entrer aux États-Unis, suivez ce lien. Pour joindre le service à la clientèle du US Customs and Border Protection : (202) 354-1000 ou (202) 227-5511

Les voyageurs

 

  • Apportez vos prescriptions (médicaments et lunettes). Demandez à votre pharmacien de vous produire un carnet de santé, cela facilitera le renouvellement de prescription en cas de perte de médicaments. Transportez vos médicaments dans leurs contenants originaux affichant l’ordonnance. Il est suggéré d’apporter vos médicaments en quantité nécessaire pour couvrir la durée de votre séjour.
  • Avisez les institutions financières et fournisseurs de carte de crédit des endroits où vous comptez vous rendre.  Ainsi on ne refusera pas votre carte au moment de payer.
  • Trucs2Combien de temps partez-vous ? Si vous prévoyez passer l’hiver aux États-Unis afin de fuir la chute du mercure, renseignez-vous.   Pour conserver vos privilèges de l’assurance maladie, vous ne devez pas séjourner hors de la province plus de 182 jours dans la même année. Aussi, les séjours de plus de 182 jours aux États-Unis vous font passer du statut d’étranger non-résident à celui d’étranger résident. Ce statut vous oblige à produire un rapport d’impôt au gouvernement américain, une obligation dont vous pouvez être exempté en remplissant un formulaire. Avant de partir, faites faire un bilan de santé et assurez-vous d’avoir une couverture d’assurance santé en voyage, car la RAMQ indemnise les citoyens québécois à l’étranger de la même manière qu’elle le fait ici (ce qui sera largement insuffisant pour couvrir le coût des soins prodigués aux États-Unis).
  • Si vous devez malheureusement obtenir un soin de santé, évitez la facture salée en ne réglant pas vous-même le paiement. Contactez en premier votre assureur pour l’informer de la situation. Ainsi, l’assureur autorisera au préalable votre soin. Si on vous donne d’autres rendez-vous, avisez chaque fois votre assureur.

Les communications

 

  • Avant de partir, laissez votre itinéraire à vos proches.
  • Ne publicisez pas votre absence sur les réseaux sociaux (Facebook et autres)
  • Si vous prévoyez utiliser un téléphone intelligent pendant votre séjour, voyez à ce que vous puissiez l’utiliser aux États-Unis. Plusieurs types de forfaits à différents prix existent à partir du Québec. Certains préfèrent  acheter un téléphone aux États-Unis et ne l’utiliser que lorsqu’ils s’y rendent. Votre fournisseur canadien de cellulaire peut certainement vous aider dans la recherche de la solution idéale.
  • Quels sont vos besoins en termes de transfert de données numériques? Aux États-Unis il y a souvent des zones de Wi-Fi, mais pourrez-vous vous restreindre à cela ? On conseille d’apporter avec soi une antenne qui augmente le signal Wi-Fi, ce qui est pratique sur les campings.

 

  • Les archives. 318

      Ces campeurs sont plus heureux

      Ils voyages plus, Économisent gros et sont mieux informés

      EN sAVOIR PLUS!