Menu
Menu

FÉDÉRATION

50 ans d'histoire

 L'année 2017 marque le 50e anniversaire de la Fédération québécoise de camping caravaning.
 Cette page vous permettra de découvrir, au fil des décennies, la riche histoire de la FQCC.


 • Décennies : 1967-1977 | 1977-1987 | 1987-1997 | 1997-2007 | 2007-2017

 


1967-1977
Engouement, crise et renaissance

1

La fin des années 1960 foisonne d’évènements importants au Québec. Outre la création de la FQCC, il y a Expo 67, les Canadiens de Montréal qui remportent à nouveau la coupe Stanley, les Expos qui jouent leur première partie de baseball et, au Théâtre du Rideau Vert à Montréal, voilà qu’on joue pour la première fois la désormais célèbre pièce Les belles-soeurs de Michel Tremblay. Lever de rideau sur la naissance de la Fédération québécoise de camping et de caravaning !

2À cette époque, dans un élan de modernisation, le gouvernement du Québec met en place le Haut-Commissariat à la jeunesse, aux loisirs et aux sports, l’ancêtre, en quelque sorte, de l’actuel ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Dans cette foulée, des clubs de camping du Québec se concertent et décident de former, le 24 aout 1967, la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC).

3Comme les années 1960 sont propices à tout remettre en question, on ne réfléchit pas seulement à « comment camper », à la FQCC, mais aussi à « pourquoi camper » et aux impacts de l’activité sur la société et l’environnement. « Le camping, ce mode d’hébergement vieux comme le monde, a subi bien des transformations […] depuis les quinze dernières années. Ce phénomène est né d’un besoin qu’ont les hommes de se récréer pour se calmer d’une vie de plus en plus trépidante. Le camping est un moyen par excellence pour se reposer, voyager et connaitre des horizons nouveaux […] », dira Lucien Rhéaume, le premier président de la FQCC (1967-1968), dans le magazine Camping Caravaning Plein Air de l’été 1973.

4Il dira aussi : « on vient de découvrir que l’industrie touristique est génératrice d’emplois, on peut créer 57 emplois nouveaux par milliers de visiteurs […]. Aux États-Unis, en 1960, les parcs nationaux recevaient 26 millions de visiteurs tandis qu’en 1971, ces mêmes parcs en accueillaient 171 millions, soit un accroissement de 570 % en 10 ans seulement. […] Par contre, cela a quelquefois ébranlé l’écologie de certains coins de la nature ».

On est petits, mais on voit grand

Après le passage de Lucien Rhéaume à la présidence, la jeune fédération sera dirigée par Jean Boudreau (1968-1969), puis par Pierre-Marc Paquette (1969-1972) et Lionel Beaucage (1972-1974). Soutenus par leurs équipes respectives, ces derniers voient grand pour le petit organisme : ils multiplient les projets… et les dépenses pour les réaliser. Ainsi, entre 1969 et 1972, le magazine Camping Caravaning Plein Air est lancé, 35 clubs de camping deviennent membres de la FQCC et les activités de camping se multiplient. En 1974, la fédération acquiert même un camion pour transporter les équipements sur les lieux des activités, afin de bien servir ses membres.

En 1974 et 1975, sous la présidence de Claude Gagné, la FQCC atteint le nombre record de 75 clubs affiliés, ce qui représente plus de 6 000 familles membres, mais des difficultés financières commencent à miner l’organisme. En effet, une mauvaise gestion du magazine Camping Caravaning Plein Air et de la direction de la FQCC entrainent des résultats financiers désastreux et tous les postes permanents ainsi que les subventions gouvernementales sont coupés. En pleine crise, les bénévoles de la FQCC doivent assurer la gestion de l’organisme. On frôle la catastrophe, d’autant plus que le Haut-Commissariat à la jeunesse, aux loisirs et au sport exige une restructuration complète de l’organisation afin de rendre son mode de fonctionnement plus démocratique. Une réflexion s’impose donc, et sans tarder…

6Un nouvel élan

À la fin de l’année 1976, sous la présidence du grand responsable de la relance de la FQCC, Marc Boivin, la dette contractée pour maintenir la fédération à flot est remise sur 5 ans et on est enfin prêt à faire bouger les choses. Afin de permettre à la FQCC de renaitre, les membres de la fédération adoptent en assemblée générale de nouveaux règlements qui satisferont aux exigences du Haut-Commissariat : dorénavant, les campeurs deviendront membres de façon individuelle et seront ensuite répartis selon leur lieu de résidence dans l’une des 16 associations régionales de camping et de caravaning, les ARCC. Certains clubs protestent vigoureusement, mais ils finissent par accepter de coopérer.

Après cette restructuration majeure, la FQCC peut se permettre d’engager un directeur exécutif, Irman Bolduc, qui entrera en fonction en décembre 1976 avec un mandat très clair. Il doit aider à mettre en place la restructuration et élaborer un plan de développement pour la fédération. « Je suis entré en poste en ayant à ma disposition un budget de fonctionnement d’à peine 55 000 $ et une secrétaire travaillant à mi-temps », se rappelle M. Bolduc.

Une fois la FQCC stabilisée, le retour d’activités variées témoigne de sa vitalité renouvelée. Ainsi, le concours de la Famille provinciale du camping, commandité par la Banque provinciale, met en valeur un mode de vie sain tandis que l’organisation de « rallyes voyages » et de « rallyes vacances » laisse présager la création des circuits-caravanes actuellement offerts par Voyages FQCC. « Ces rallyes, offerts à un prix très accessible, regroupaient pas moins de 30 véhicules récréatifs, encadrés par un chef de caravane et un serre-file bénévoles. Tous ces campeurs partaient en même temps à la découverte d’une région du Québec. En formule “voyage”, les participants se déplaçaient tous les jours alors qu’en formule vacances, une fois à destination, ils restaient au même camping pendant une semaine et ils rayonnaient dans les environs à partir de là », explique Irman Bolduc.

Une autre réalisation atteste de ce renouveau en 1976 : le début de la publication Bonjour Campeur, un bulletin d’information modeste (plus question de se lancer dans les grandes dépenses !), mais sérieux et bien fait, qui s’étoffera continuellement au fil des ans. Au terme de cette première décennie, la FQCC compte 600 familles membres.

5

La petite histoire du camping

Bien avant que des personnes aient la bonne idée de se regrouper afin de former des clubs de camping et créent finalement la FQCC, comment le camping, lui, a-t-il vu le jour ?

Le camping existe depuis que l’humanité a fait ses premiers pas sur Terre. On n’a qu’à penser aux peuples migratoires de la préhistoire ou encore à la marche des armées à la conquête de nouveaux territoires. Quelle qu’ait été la raison de leurs déplacements, ces gens devaient bivouaquer le soir venu, histoire de se sustenter et de se reposer afin d’attaquer la journée du lendemain. Cette première forme de camping n’était pas une question de plaisir, mais de survie.

Le camping tel qu’on le connait aujourd’hui – un loisir où le plaisir prend toute la place – a vu le jour vers la fin du 19siècle. Un consensus attribue aux Britanniques d’être les « pères » du camping, suivis de près par les Français et les Américains. Le mot camping trouve d’ailleurs son origine dans l’expression anglaise to camp, que l’on peut traduire par « établir son camp ».

Le Britannique Thomas Hiram Holding est le premier à avoir rédigé, en 1908, le Camper’s Handbook (le guide du campeur) qui exposait les rudiments du camping. On suppose que l’avide campeur a acquis son expertise lors de ses nombreux voyages, notamment celui effectué en 1853 avec sa famille, alors qu’il n’était âgé que de 9 ans, dans les prairies de l’ouest des États-Unis. Un périple de près de 2 000 kilomètres, en chariot ! Plus tard, il poursuivra ses explorations en Irlande, en Écosse et en Grande-Bretagne, tantôt en canot, tantôt en vélo, quand ce n’était pas à dos de cheval !

La pratique du camping apparait dans les sociétés industrielles vers 1940. Les congés payés et la fin de l’année scolaire des enfants contribuent à l’engouement. Les premiers campeurs cherchent à fuir la pollution des villes (n’oublions pas qu’à cette époque, le charbon et d’autres polluants fournissaient les villes en énergie, avant l’avènement de l’électricité) pour retrouver un lien avec la nature et respirer – littéralement ! – un « bon air frais ».

Grâce à la démocratisation de la voiture, les campeurs peuvent parcourir de plus grandes distances avant de planter leurs piquets de tente. Ils peuvent même tracter une « roulotte » qui logera toute la famille durant un séjour en plein air. Toutefois, ces joyeuses migrations familiales ont un impact sur l’environnement et les villages qui se trouvent à proximité des lieux de camping privilégiés par les campeurs. Le premier décret sur le camping parait en France en 1959 ; il permet de limiter le camping « sauvage », notamment sur les côtes prises d’assaut par d’avides campeurs et baigneurs.

Dans les décennies suivantes, en Europe et en Amérique du Nord, le développement des terrains de camping connait une croissance soutenue – à ce jour, au Québec seulement, on dénombre plus de 900 terrains de camping ! – qui permet de populariser le camping, car au début, seuls les riches aristocrates pouvaient se permettent ce loisir. Qui l’eut cru ? Le camping a d’abord été aristocratique !


En bref...

depPour et par des bénévoles
La FQCC a été fondée en 1967 par des bénévoles afin de réunir les clubs de camping déjà existants et amorcer un regroupement de tous les éléments de camping au Québec.
Extrait du dépliant de l’adhérent

presDigne d'un président
Certainement inspiré par le défunt président américain, John F. Kennedy, Marc Boivin, président du conseil d’administration de la FQCC, lancera à ses troupes : « n’attendez pas que la fédération fasse quelque chose pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour elle ».

 


IBCe qu'Irman Bolduc retient de cette décennie

Les premiers 10 ans de la FQCC ont été marqués par un changement de cap radical, au milieu des années 1970. La structuration complète de l’organisme, imposée par une faillite et un arrêt des subventions, a obligé les administrateurs à oser de nouvelles façons de faire. Ces dernières ont assuré la survie de la fédération, permis son développement et rendu possible son rayonnement au cours des décennies suivantes. Irman Bolduc se replonge dans le bouillonnement qui animait la FQCC à son arrivée en poste.

« J’ai été embauché comme directeur exécutif par le président de l’époque, Marc Boivin, en décembre 1976 afin d’aider à la restructuration de l’organisme, de hausser le nombre d’adhérents et de produire un plan de développement réalisable et cohérent », se rappelle-t-il. Il faut se souvenir qu’en 1976, rien n’allait pour la FQCC. Son budget était déficitaire, elle venait d’adopter un nouveau mode d’adhésion, individuel, qui ne faisait pas encore l’unanimité et le nombre de membres oscillait autour de 600 familles. « J’ai déposé un plan de développement au printemps 1977 – le premier dont s’est doté l’organisation – et on a commencé à travailler à partir de ça », se remémore M. Bolduc.

L’un des premiers dossiers que le conseil d’administration a déposés sur le bureau du jeune directeur exécutif était celui du concours de la Famille provinciale du camping, un projet mis sur pied par le père Marcel de la Sablonnière dans les années 1960 et que la FQCC avait accepté d’organiser. « Je n’y connaissais rien, alors j’ai dû me mettre en mode rattrapage. Le concours comportait plusieurs étapes de sélection des candidats, en région, et en guise de grande finale, le dévoilement du nom de la famille gagnante avait lieu à Montréal lors du Salon Chasse et pêche du printemps, à la Place Bonaventure. C’était une vitrine promotionnelle exceptionnelle pour la fédération, car les gagnants devaient faire une tournée des campings du Québec pendant tout l’été et s’engager à donner des entrevues à la radio et à la télé », se souvient-il. Le concours fera des heureux jusqu’au début des années 1980. Il aura un impact significatif sur la hausse des adhésions pendant cette période, bien que cette dernière soit demeurée somme toute modeste.

En poste jusqu’en 2009, Irman Bolduc était présent lors de plusieurs moments déterminants de l’évolution de la fédération : la restructuration du conseil d’administration en 1985, le partenariat avec Leclerc Assurances et la naissance de l’agence de voyages en 1986, les rallyes internationaux à Bromont en 1992 et à Saint-Jean-sur-Richelieu en 2002, la création du magazine Camping Caravaning en 1996 et bien d’autres encore.

Ce que souhaite Irman Bolduc pour le 50e anniversaire de la FQCC, c’est que cette dernière conserve son extraordinaire capacité d’adaptation : le monde change et elle doit continuer de changer avec lui. « C’est le meilleur gage de réussite et de longévité pour la FQCC ».


Ligne du temps

ldt2

 


La publicité

La publicité a toujours été présente dans les publications produites et distribuées par la FQCC. En voici quelques exemples. Les reconnaissez-vous ?

p1   p2
     
p3   p4
     
p5   p6
     

 


Quelques souvenirs...

sc2   Le premier logo de la fédération, créé en 1967.
     
sa1   sa2
     
sc1   sb2
     

Document officiel des lettres patentes de la fédération, produit en 1967.
  lettrespatentes
     

Témoignages vidéo

Lucien Rheaume
Lucien Rhéaume
  Pierre Marc Paquette
Pierre-Marc Paquette
     
Lionel Beaucage
Lionel Beaucage
  Marc Boivin
Marc Boivin
     
     
     

1977-1987
Le défi d'une nouvelle structure

1
Avec la modification en profondeur de la structure de la FQCC, entrée en vigueur en 1976 sous la direction du « président du renouveau », Marc Boivin, le travail à abattre est colossal. Heureusement, bien que le budget d’opération soit toujours très modeste, les choses vont mieux financièrement, la FQCC pouvant à nouveau compter sur des subventions du Haut-Commissariat à la jeunesse, aux loisirs et aux sports pour soutenir ses efforts. Ayant en main, le tout premier plan de développement de la fédération, le nouveau directeur exécutif, Irman Bolduc se donne les moyens de hausser le nombre d’adhésions, qui oscille encore autour de 600 familles. Il travaille sous la présidence de Réjean Michaud de 1977 à 1979.

Pour une première fois, les membres se retrouvent à Saint-Hyacinthe en mai 1977 pour un grand rassemblementd’ouverture. L’ambiance est décidément festive et on voit grand pour la FQCC !

Mission information

Au fil des ans, la FQCC continue de s’affirmer et de s’organiser. Ainsi, elle participe au tout premier sommet économique sur le tourisme tenu au Québec les 30 et 31 octobre 1978, y présentant un mémoire sur le développement du camping et du caravaning au Québec.

2L’année suivante, sous la présidence de Gilles Dion (1979-1981), elle réalise, en collaboration avec Télé-câble Vidéotron (le premier réseau de câblodistribution dans la région de Montréal), une série de 13 émissions télévisées sur le camping. Rien de surprenant à cela puisque, dès ses débuts, l’information a été au coeur de la mission de la FQCC.

Informer ses membres, la fédération le fait de plusieurs façons : par l’intermédiaire de documents techniques sur divers aspects du camping qu’elle produits sur papier de façon régulière et de diaporamas que les membres peuvent emprunter, mais surtout à l’aide du bulletin Bonjour Campeur, qu’elle publie depuis 1976. Même si le document est modeste, on y traite avec rigueur de bien des sujets encore au coeur des champs d’intérêt et des préoccupations des campeurs d’aujourd’hui : présentation des dernières tendances en matière d’équipement, analyse des combinaisons véhicule tracteur/véhicule tracté, suggestions de campings et de destinations vacances, analyse des dossiers chauds du moment, etc. On choisit également d’approfondir certains thèmes de façon récurrente. Par exemple, le « camping blanc », soit le camping d’hiver pratiqué sous la tente, a fait l’objet de nombreux articles dans les publications de l’organisme jusqu’au début des années 1980.

3Dans le numéro de décembre 1982-janvier 1983 de Bonjour Campeur, on présente le programme « J’apprivoise l’hiver ». « Camper l’hiver n’est pas aussi difficile et beaucoup moins froid qu’on le pense, je dirais même que c’est chaud », écrit-on à l’époque, avant d’y aller d’une description détaillée de la meilleure façon de se vêtir pour éviter de geler. Le système de « pelures » était déjà conseillé ! Même si on le traite avec moins d’insistance, le sujet demeure toujours fascinant, car en 2010 (18 ans plus tard !), dans le magazine Camping Caravaning, dont l’abonnement est inclus dans l’adhésion à la FQCC, on trace un portrait de caravaniers qui « osent braver la froidure » pour profiter pleinement de l’hiver.

On réalise de grands projets

À partir de 1981, sous la présidence de Fernand Lapalme (1981-1983), puis de Dollard Parent (1983-1984) et d’André Lalonde (1984-1985), trois employés travaillent de façon permanente à structurer et à concrétiser la vision des administrateurs. Ils ont du pain sur la planche, car la situation économique difficile que vit alors le Québec rend ardue la promotion des loisirs (certains d’entre vous se rappelleront que les taux d’intérêt de l’époque oscillaient entre 12 et 20 %). Malgré la force des vents contraires, leurs efforts portent fruit. Leur travail de fond se traduit rapidement en plusieurs réalisations pour les campeurs. Plusieurs d’entre elles sont toujours d’actualité aujourd’hui. Voyons un peu.

4En 1981, le premier circuit-caravane « officiel » de la FQCC est organisé. Cette forme de voyage est devenue le fleuron de l’agence Voyages FQCC, grâce à l’expertise qu’elle a développée au fil des années.

En 1983, la FQCC publie son premier répertoire de terrains de camping, Hébergement Camping.

En 1984, la fédération organise un grand rassemblement de caravaniers lors des Fêtes de Québec 1534-1984.

En 1985, la FQCC tient un grand bal des campeurs à l’hôtel Sheraton de Montréal.

Un grand changement

L’arrivée en poste à la présidence de Raymond St-Amour (1985-1987) coïncide avec une période de grands changements administratifs pour la FQCC. Jusqu’alors, le conseil d’administration de la fédération était composé de 25 représentants des associations régionales (ARCC), qui se réunissent deux fois par année. Il existe également un conseil exécutif, de taille beaucoup plus restreinte, dont les rencontres sont à l’agenda plusieurs fois par année. Cette lourde structure à deux paliers rend la gestion de l’organisme inutilement compliquée. On propose de faire table rase de cette formule et d’adopter une structure plus simple, composée d’un seul conseil d’administration de sept personnes. La question est débattue ; elle soulève des passions dans les deux camps. Après des mois de délibération, le nouveau mode de fonctionnement est accepté. Peu après, la Commission des délégués régionaux et le Congrès FQCC – deux réunions annuelles de formation pour les administrateurs des ARCC – sont créés afin que le point de vue des représentants des associations régionales soit entendu et pris en compte et que la fédération continue de profiter de leur expérience de la pratique du loisir. Ces événements sont toujours au programme en 2017.

La FQCC déménage

6En 1985, le personnel de la FQCC doit faire ses boites puisque le bureau quitte le 1415, rue Jarry pour s’installer au Stade olympique, avec des dizaines d’autres organismes de sports et de loisirs. Les membres et bénévoles actifs à cette époque se souviennent surement de l’interminable dédale de corridors qu’ils devaient parcourir avant d’apercevoir la porte du bureau de la fédération ! Ce sera le port d’attache de la FQCC pendant 22 ans.

On prépare l'avenir

À l’aube d’une nouvelle décennie, la FQCC se met activement à la recherche d’avantages financiers à offrir à ses membres. Elle regarde particulièrement du côté des assureurs, puisqu’à cette époque, les caravaniers payaient le prix fort pour faire assurer leur véhicule récréatif, car il n’existait pas de courtiers spécialisés dans le domaine.

En collaboration avec Canadienne Générale – devenue CGU Assurances par la suite, puis Aviva – elle met sur pied, en novembre 1985, un produit d’assurance correspondant aux attentes et aux besoins des campeurs. Il sera offert par le courtier Assurances Jean-Claude Leclerc. Des années plus tard, on réalisera pleinement l’impact de cette entente qui a contribué de façon substantielle au développement de l’organisme, à l’augmentation du nombre d’adhésions et à la fidélisation des membres.

7Toujours en 1985, la FQCC entreprend sérieusement de cultiver la relève : « Le camping est aussi l’affaire des jeunes et à la fédération, on y voit de plus en plus ! » titre-t-on à la une du numéro de mars-avril 1985 de Bonjour Campeur, pour souligner l’Année internationale de la jeunesse. Au fil des ans, les initiatives pour joindre les jeunes – les familles en particulier – se multiplieront. Il suffit de penser, entre autres, au Conseil Action Jeunes Familles (CAJF), un comité créé en 2011 qui a pour mission de voir aux intérêts des jeunes et des familles au sein de la FQCC. Une des premières actions de la CAJF a été d’implanter un programme de certification des activités des ARCC et de la FQCC. Cette certification assure aux jeunes et aux familles que le rassemblement auquel ils participent répond à leurs besoins et leurs attentes.

Une première réduction sur le carburant

En 1986, une première entente de réduction sur le prix de l’essence est signée avec les stations-service Le Plein (que l’on trouvait seulement au Saguenay–Lac-Saint-Jean à l’époque). Les membres de la FQCC l’accueillent avec enthousiasme. Elle sera suivie d’une entente avec les stations Crevier, dont la présence sur le territoire québécois est plus importante. Les réductions sur l’essence sont toujours un important motif d’adhésion pour les voyageurs, grands consommateurs de carburant durant certaines périodes clés de l’année. Aujourd’hui, c’est l’entreprise Couche-Tard qui a pris la relève et offre aux membres 2 ¢ / litre de réduction sur leur achat.

En bref...

Et vive les partenaires
Au fil des ans, la FQCC a noué des partenariats avec plusieurs entreprises offrant des produits et des services répondant aux besoins de ses membres. Ces associations sont profitables à toutes les parties : les partenaires élargissent leur bassin de clients potentiels ; les membres de la fédération profitent de bonnes affaires sur les produits et services qu’ils consomment normalement et la FQCC trouve là un excellent moyen de fidéliser ses adhérents et d’en recruter de nouveaux. La fédération travaille également de concert avec d’autres joueurs majeurs de l’industrie du camping et du VR tels l’Association des terrains de camping du Québec (Camping Québec) et l’Association des commerçants de véhicules récréatifs du Québec (ACVRQ).

5Le camping blanc
Initier les gens aux joies du camping d’hiver sous la tente et les aider à pratiquer cette activité de façon autonome faisait partie du mandat de la FQCC durant les deux premières décennies d’existence de la fédération. De nombreux articles sur le sujet ont été publiés dans le bulletin d’information Bonjour Campeur, des documents techniques ont été produits et les membres ont même pu suivre un stage sur le sujet ! Du choix de l’équipement aux meilleures options en matière de nourriture, en passant par l’installation du campement, tout a été expliqué en détail. Pas frileux, les campeurs !


rl2Ce que Richard Leclerc retient de cette décennie

La petite histoire derrière les débuts du partenariat entre la FQCC et Leclerc assurances en dit beaucoup sur les deux organisations… Pour mieux comprendre, il faut revenir en 1985, à une époque où la FQCC comptait à peine 1 000 familles-membres et où Leclerc Assurances n’offrait aucun programme d’assurance VR. Richard Leclerc raconte :

« Au milieu des années 1980, mon père – le fondateur de Leclerc Assurances, Jean-Claude Leclerc – avait vendu son entreprise à ses enfants et il venait tout juste de s’acheter un véhicule récréatif. Il était allé passer un weekend de détente au camping Wigwam, dans les Cantons-de-l’Est. Par une drôle de coïncidence, un rassemblement de la FQCC s’y tenait et les membres du conseil d’administration de la fédération étaient tous sur place. Jean-Claude a toujours été à l’aise avec le monde et il s’est bien vite retrouvé en grande conversation avec les gens de la fédé. À cette époque, ces derniers avaient entrepris des démarches – jusqu’alors infructueuses – afin de trouver un partenaire d’affaires qui offrirait de l’assurance VR à leurs membres. Mon père leur a parlé de Leclerc Assurances et des coordonnées ont été échangées. Dès la semaine suivante, une réunion entre le directeur général de la fédération, Irman Bolduc, et moi-même était à l’agenda. Voyez, tout cela s’est fait de façon très chaleureuse, très humaine. J’ai fait une proposition au nom de Leclerc, que la FQCC a étudiée, puis présentée à ses membres dans le cadre de son congrès annuel, au mois d’octobre. Elle a été acceptée ! Mes collègues de chez Leclerc et moi-même avons profité de l’hiver pour définir notre offre et nous avons vendu nos premières assurances VR à un tarif exclusif aux membres de la fédération dès le printemps suivant.

Au fil des ans, la croissance de la FQCC et celle de Leclerc Assurances a suivi une courbe similaire. Grâce aux membres de la fédération, aux questions qu’ils nous ont posées, à leurs demandes et à leurs réclamations, nous avons pu raffiner notre produit d’assurance. Ce que Leclerc leur propose aujourd’hui est tellement différent de ce que l’on offrait dans les années 1980 ! Le loisir se pratique différemment, les véhicules ont changé et nos couvertures aussi. Quand nous avons signé cette entente en 1985, j’avais le sentiement que ce serait pour longtemps. Cette association allait de soi. Bien des choses ont changé, le marché de l’assurance VR a bien évolué, mais je maintiens que le partenariat entre Leclerc Assurances et la FQCC est là pour rester. »


Ligne du temps

ldt77 87


La publicité

La publicité a toujours été présente dans les publications produites et distribuées par la FQCC. En voici quelques exemples.

Les reconnaissez-vous ?

p1   p2
     
p3   p5
     
p6   p7
     
p4    

 


Quelques souvenirs...

s1   s3
     
s3   s5
     
s8   s7
     
s6

   
     

 


Témoignages vidéo

Dollard Parent
Dollard Parent
  Raymond StAmour
Raymond St-Amour
     
Rejean Michaud
Réjean Michaud
  Fernand Lapalme
Fernand Lapalme
     
 Andre Lalonde
André Lalonde
   Gilles Dion
Gilles Dion
      

1987-1997
Le virage « service aux membres »

a1
Sous la présidence de Renald Ouellet (1987-1989), la FQCC entreprend la troisième décennie de son histoire, stimulée par la création d’ententes de partenariat importantes. La FQCC enregistre en 1988 son 1000e membre et compte cinq employés à temps plein.

La FQCC rêvait depuis longtemps d’offrir à ses membres des avantages financiers attrayants. Portée par l’exceptionnel coup d’envoi donné par l’entente conclue en novembre 1985 avec CGU, Compagnie d’assurance du Canada, aujourd’hui Aviva, la FQCC continue de bonifier son offre de produits et services, ce qui devient un élément déterminant pour fidéliser ses membres. La FQCC s’oriente donc vers un nouveau créneau qui fait toujours sa force aujourd’hui : le service aux membres.

Toutefois, tout ne se passe pas sans embûches et certaines sont menaçantes. En 1990, la FQCC subit un coup dur. Elle perd 30 % de ses revenus à la suite de la décision du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche de couper une partie des subventions accordées aux fédérations sportives et de loisir, dont celle de la FQCC. Le président de l’époque, Jean Taillon (1989-1993), manifeste ouvertement son désaccord et se fait le porte-parole de l’insatisfaction de toutes les fédérations de loisir auprès du gouvernement. Recevant peu d’écoute de ce dernier et après mûre réflexion, M. Taillon et son conseil d’administration mettent tout en oeuvre pour que l’organisme devienne financièrement indépendant. Il faut souligner que le soutien financier de Jean-Claude Leclerc Assurances, aujourd’hui Leclerc Assurances, a grandement aidé la FQCC à poursuivre sa mission. La sagesse et la prévoyance du conseil d’administration associées au soutien d’un partenaire fidèle ont permis d’atténuer considérablement l’impact de cette crise.

Bien sûr, cette crise entraîne aussi l’application de mesures de redressement, dont la hausse de 12 % du tarif d’adhésion. Mais les membres restent quand même fidèles à la FQCC. Tout le monde se retrousse les manches et la fédération oriente son développement en mode entrepreneuriat en multipliant les projets.

Création de nouveaux services

Déterminée à constamment ajouter une plus-value à sa carte de membre en y incluant davantage de rabais et en améliorant de plus en plus l’accès à l’information sur le camping et le caravaning, la FQCC décide en 1988 de compartimenter ses activités et de revoir ses façons de faire. Afin de gagner en efficacité,elle crée différents services sous la responsabilité de la direction générale. Évidemment, le premier service à être créé est le Service aux membres qui gère les adhésions et les renouvellements. Vient ensuite la création du service du tourisme et des communications. La mise en place de ces deux services permet à la direction générale de se concentrer sur le développement et la vie démocratique.

Le service du tourisme et des communications a rapidement été scindé. Le service du tourisme devient alors Service Voyages et offre en 1988 un nouveau produit touristique appelé forfait voyage. Dans le sillon de ces forfaits, sept familles partent en 1992 pour le Mexique, accompagnées d’un chef de caravane. C’est le premier circuit-voyage à se rendre à cette destination.

Vers la fin des années 1990, la direction générale transforme le poste de directeur général adjoint en Service aux membres et développement régional, aujourd’hui le service de la Vie associative. Avec ces trois services bien dirigés, la direction générale consacre désormais tous ses efforts à la gestion et au développement des affaires.

Un élan de transformation et de créativité

a3.3La FQCC rajeunit considérablement sa signature visuelle en 1992 en adoptant un nouveau logo. Elle se dote d’une pochette d’information, informatise sa comptabilité et le Programme des découvertes devient Activités et Services. Elle met également sur pied le Club des gouverneurs qui regroupe tous les anciens présidents de la FQCC.

En 1990, l’Association des terrains de camping du Québec (Camping Québec) et la FQCC unissent leur savoir-faire et mettent sur pied du Conseil de Développement du Camping au Québec (CDCQ). En 1996, le gouvernement du Québec mandate ce nouvel organisme pour procéder à la classification des terrains de camping. Le CDCQ a également comme objectif de produire le Guide du camping au Québec. Le tirage de ce guide atteint les 150 000 exemplaires.

a3.2Quatre ans plus tard, Communications Camping Caravaning, organisme à but lucratif, est créé. Cette maison d’édition a pour principal mandat de publier, en français, un magazine spécialisé sur la pratique du camping et du caravaning. Le projet d’éditer un magazine est porté à bout de bras par Robert Aubin, vice-président de la FQCC et par André V. Langevin, dont les conseils ont été très précieux. Ce dernier est nommé rédacteur en chef du futur magazine et occupe ce poste jusqu’en 2004.

C’est en 1995 que paraît le premier numéro du magazine Camping Caravaning. Publié par la maison d’édition créée l’année précédente et inclus dans l’adhésion à la FQCC, il succède avec brio au bulletin d’information Bonjour Campeur. « À ses débuts, Camping Caravaning comptait 48 pages », se rappelle la directrice de la publication, Louise Gagnon. Aujourd’hui, il compte en moyenne 100 pages et chacun de ses huit numéros par année est tiré en moyenne à 40 000 exemplaires. Depuis toujours, Camping Caravaning présente des essais routiers de véhicules récréatifs, des destinations, des portraits de terrains de camping, des dossiers d’actualité et une foule de renseignements sur les VR et la pratique du camping et du caravaning.

De longues représentations

En 1990, débutent les représentations de la FQCC après de la SAAQ pour abolir la vérification mécanique pour les véhicules récréatifs et pour que les coûts d’immatriculation de ces véhicules soient révisés. La SAAQ fait marche arrière à la fin 1993 et abolit la vérification mécanique pour les VR. Quant au coût d’immatriculation, la saga se poursuit dans la décennie suivante.

À ces deux dossiers importants, s’ajoute celui de l’implantation d’un terrain de camping sur l’île de Montréal. Malgré tout le travail investi dans ce projet, il ne se concrétise pas.

C’est également en 1990 que la FQCC collabore avec l’Office de la langue française pour établir une terminologie propre au camping et au caravaning, particulièrement en ce qui a trait aux types de véhicules récréatifs.

Objectif : le monde

Cette décennie est également marquée par l’ouverture sur le monde. Les présidents Ouellet et Taillon y voyaient un potentiel de développement intéressant et ils suivent de près les activités de la Fédération internationale de camping et de caravanning (FICC). Cet organisme, fondé en 1933, rassemble des fédérations et des clubs de camping d’une trentaine de pays. Chaque année, la FICC invite les campeurs et les caravaniers du monde entier à participer à un rallye international, un évènement très couru.

Afin de prendre le pouls de l’organisation d’un rallye international, le directeur général, Irman Bolduc, est délégué en 1986 à prendre part à un tel rallye qui se tient en Hongrie. Il y est chaleureusement accueilli et les organisateurs lui permettent même d’assister à l’assemblée générale annuelle de la FICC à titre d’observateur. Il revient de Hongrie avec une longue liste de contacts et une foule d’informations recueillies au fil de ses rencontres avec les organisateurs. De plus, sa rencontre avec le président de la FICC confirme la pertinence de se tourner vers l’international pour que la FQCC puisse rayonner dans le monde entier. Et c’est en 1987 que la FQCC devient officiellement membre de la FICC à titre de représentant du Canada et qu’elle participe au rallye qui se tient au Danemark.

Depuis longtemps, germe dans la tête des dirigeants de la FQCC le grand projet d’organiser un rallye international de camping et de caravaning en territoire nord-américain, ce qui serait une première pour la FICC. Lors de sa participation au rallye international de 1988 en Irlande, la FQCC met la FICC au courant de son projet. La candidature du Canada est accueillie favorablement, mais l’Espagne fait aussi son entrée dans la course. Motivés, le conseil d’administration et la direction générale se mettent aussitôt au boulot et montent un dossier très bien documenté. À Bromont, ils trouvent un site pouvant recevoir des milliers de véhicules récréatifs et sollicitent le soutien financier de plusieurs instances, dont celui de la ville hôte du rallye. Au rallye international de 1989 à Taïwan, la FQCC pose officiellement sa candidature qui est acceptée, au grand soulagement du président Jean Taillon qui avait consacré énormément de temps et d’énergie à ce projet. Un beau travail d’équipe et une saga qui se termine bien !

Organisation d'un premier rassemblement international

C’est en 1992 que la FQCC organise le 53e Rallye international de camping et de caravaning qui se tient à Bromont. Ce grand rassemblement accueille 4 500 campeurs venus de 26 pays, tous prêts à découvrir le mode de camping nord-américain, le Québec et la programmation sans pareille élaborée par la FQCC. Le tout se passe sous une pluie torrentielle ! Ce rallye est qualifié de « rallye de la solidarité » par les Européens qui y ont participé. Les délégués de la FQCC aux rallyes internationaux des années suivantes ont entendu une foule de commentaires de la part des campeurs qui avaient participé au rallye à Bromont. Ils se souviennent d’avoir été très touchés par l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu. Ils ont oublié la pluie, mais n’oublieront jamais le caractère amical et le sens de l’entraide des Québécois.

Le succès de ce rallye a sûrement grandement contribué à l’élection du Canada au conseil d’administration de la FICC en 1996. En siégeant à ce conseil, la FQCC devient une voix importante sur la scène internationale et observe comment le camping est pratiqué, encadré, promu et soutenu dans d’autres pays, plus particulièrement en Europe.

Deux autres grands projets

En 1993, la FQCC franchit le cap des 10 000 familles membres grâce, entre autres, au succès remporté par un avantage exclusif aux membres, en l’occurrence la réduction sur la prime d’assurance de véhicule récréatif. Sous la présidence de Clarence Boutin (1993-1999) et encouragée par la croissance de son nombre de membres, la fédération va de l’avant avec deux autres grands projets qui lui tiennent à coeur : la création d’une agence de voyages spécialisée en tourisme caravanier et l’organisation d’un grand rassemblement d’ouverture de saison.

Ayant pris goût à l’organisation d’évènements d’envergure et grâce au soutien du président Clarence Boutin qui croit fermement au projet, la FQCC propose à ses membres en 1996 de participer à un grand rassemblement d’ouverture de saison à Saint-Jean-sur-Richelieu. Plus de 1 000 familles membres acceptent le rendez-vous.

En 1997, le Service Voyages est converti en agence de voyages accréditée par l’Office de la protection du consommateur, portant le nom de Service Voyages FQCC. L’agence propose aux membres une offre touristique diversifiée. Les itinéraires empruntés par les circuitscaravanes se multiplient sur tout le continent nord-américain. Les caravaniers se déplacent du nord au sud rassurés par la formule de groupe unique qui laisse beaucoup de place aux temps libres. Dès sa première année, Service Voyages FQCC organise et offre vingt circuitscaravanes aux campeurs.

Effervescence dans les régions

La vie régionale se développe au même rythme que la fédération. L’association régionale de camping et de caravaning (ARCC) Côte-Nord reprend du service, car elle peut dorénavant compter sur un nombre suffisant de membres pour former un conseil d’administration. Les ARCC Beauce-Appalaches et Outaouais sont créées et l’ARCC Rive-Sud métropolitaine est scindée pour former les ARCC Montérégie-Nord et Montérégie-Sud. Pour soutenir tout ce mouvement, la FQCC fournit et tient à jour plusieurs outils de gestion destinés aux administrateurs régionaux.

Au cours de toute la décennie, la popularité de Lotomatique, programme d’abonnement par dépliant à différentes loteries de Loto Québec ne cesse de s’accroître. Ce programme est une source de financement efficace pour la FQCC qui en redistribue annuellement la ristourne aux ARCC. L’intérêt des membres est si grand que la FQCC se classe parmi les meilleurs organismes vendeurs de Lotomatique.

C’est un peu étourdie par toutes ses réalisations que la FQCC termine la décennie 1987-1997. Elle compte à ce moment 16 000 familles membres, ce qui donne du poids à ses actions et ce qui incite les principaux intervenants du camping et du caravaning à écouter ce qu’elle a dire.

a2En bref...

Vous rappelez-vous ?
En 1995 a lieu la conférence de presse célébrant le lancement du magazine Camping Caravaning (voir photo ci-contre).


Création de Voyages FQCC et de Camping Caravaning
Valérie et Louise se souviennent

Les débuts du magazine Camping Caravaning et ceux de l’agence Voyages FQCC ont beaucoup en commun. Ce n’est guère surprenant puisque, jusqu’en 1994, les communications et le tourisme étaient réunis en un seul service à la FQCC. Les séparer a permis à chacun de concrétiser son potentiel de croissance. Quelque 23 ans plus tard, on ne peut qu’en constater les résultats. Retournons dans le passé pour mieux comprendre le présent.

« Il est étonnant de voir à quel point les premières initiatives en matière de tourisme à la FQCC ont eu une influence déterminante sur la façon dont nous travaillons encore aujourd’hui, de même que sur les produits que nous proposons à notre clientèle. Nous devons beaucoup aux bénévoles de la première heure qui ont pris la route pour accompagner les voyageurs », remarque la directrice de Voyages FQCC, Valérie Joubert, en poste depuis 2002. « Prenons par exemple notre formule vedette, les circuits-caravanes. Les participants y sont encadrés par un chef de caravane et un serre-file, deux rôles qui existaient dès le tout début, il y a plus de 40 ans. Et l’idée de combiner un long séjour à destination à plusieurs jours de voyage en groupe était déjà mise de l’avant à l’époque. Nous avons bien sûr raffiné notre offre : les circuits d’aujourd’hui donnent davantage de flexibilité aux voyageurs et les destinations sont beaucoup plus nombreuses, mais à la base, ce n’est pas si différent. »

Des bénévoles, puis des employés

L’héritage des années 1980 s’observe également à Camping Caravaning, le descendant direct du bulletin d’information Bonjour Campeur, qui avait pris de l’étoffe au fil des ans. « La création d’un Service des communications a permis de faire la transition vers la prise en charge de la publication par des employés plutôt que des bénévoles, bien que ces derniers aient joué un rôle prépondérant. Je pense, entre autres, à André V. Langevin et à Robert Aubin, qui ont tous deux été rédacteurs en chef de la publication, note sa directrice, Louise Gagnon, qui y travaille depuis sa création. Soutenu par une équipe stable, tant à l’éditorial qu’aux ventes, le magazine a ainsi pu devenir le véhicule d’information crédible et respecté dont la fédération avait toujours voulu se doter. »

Voyages FQCC et Camping Caravaning ont évolué de façon parallèle, jusqu’à devenir tous deux d’excellentes vitrines de la FQCC auprès du grand public. « Les circuits-caravanes font parler d’eux régulièrement dans les médias alors que plusieurs collaborateurs du magazine sont consultés à titre d’experts dans leur domaine dans les journaux, à la télé et sur le web », note Mme Gagnon. « Les deux entités sont également de puissants moteurs pour générer des adhésions à la fédération », souligne Mme Joubert.


Ligne du temps

ldt87 97


La publicité

La publicité a toujours été présente dans les publications produites et distribuées par la FQCC. En voici quelques exemples.

Les reconnaissez-vous ?

b1   b4
     
b3   b2
     
b7   b6
     
b5   b8

 


Quelques souvenirs...

c1   c2
     
c3   c4
     
b9    c5
     

 


Témoignages vidéo

Clarence Boutin
Clarence Boutin
  Raynald Ouellet
Rénald Ouellet
     
Jean Taillon
Jean Taillon